Evolution de la purification de l’eau

La purification de l’eau par UV est pratiquée depuis plusieurs décennies. L’évolution de la purification de l’eau à mis du temps. Le lien entre la qualité de l’eau et la santé est connu depuis la nuit des temps. L’eau claire était considérée comme de l’eau propre. Les Romains, par exemple, utilisait le vin pour désinfecter leur eau. Pour autant, l’origine de ces maladies était mal interprétée. On disait que les maladies étaient une punition divine ou étaient causées par l’air impur.

Après l’invention du microscope et la découverte des bactéries et micro-organismes au XVII siècle, il a fallu encore attendre 2 siècles pour que l’activité des micro-organismes pathogènes soit identifiée. C’est à ce moment que les désinfectants comme le chlore ont fait leur apparition.  Depuis un siècle, les désinfectants sont largement utilisés pour prévenir la propagation des maladies et améliorer la qualité de l’eau.

La qualité de l’eau n’est pas constante

La qualité de l’eau est une notion évolutive. Les charges polluantes et les charges hydrauliques font varier en permanence les caractéristiques physiques, chimiques et microbiologiques de l’eau.

Afin d’assurer la meilleure qualité de goût pour une consommation constante de l’eau, mais aussi en raison de la diversité de son utilisation en industrie, tous les paramètres spécifiques à la qualité de l’eau doivent être analysés pour pouvoir apporter la solution de désinfection adaptée à chaque situation.

Historique du chlore dans le traitement de l’eau

L’histoire de l’identification du chlore est complexe. Sa découverte eu lieu en 1774 par le chimiste suédois Carl Wilhelm Scheele. En 1835, le chlore fut d’abord utilisé pour éliminer les odeurs de l’eau, considérées à l’époque comme responsables de la transmission des maladies. Ce n’est pourtant qu’en 1890 que le chlore se révéla être une solution efficace de désinfection, permettant ainsi de réduire le nombre de maladies transmises par l’eau. La chloration commença alors en Grande-Bretagne, avant de se répandre partout dans le monde.

Que sont les sous-produits de la désinfection ?

Lors de l’utilisation du chlore ou d’autres produits chimiques, plusieurs sous-produits peuvent être créés lors de la désinfection de l’eau. Or, certains composés peuvent être extrêmement nocifs. Les principaux sont les trihalométhanes (THM) et les acides haloacétiques (AHA).

  • Les premiers, les trihalométhanes (chloroforme, bromodichlorométhane, etc.) sont principalement formés par réaction du chlore, utilisé pour désinfecter l’eau, avec des matières organiques naturelles présentes dans l’eau (feuilles mortes, etc.). Il s’agit de composés constitués d’un seul atome de carbone, lié à des halogènes, et de formule générale CHX3, où X représente généralement le chlore, le brome, ou une combinaison de ces deux éléments. Les concentrations en THM dépendent de la teneur en matière organique contenue dans la source d’eau, et ces composés sont associés à plusieurs types de cancers.
  • Les acides haloacétiques (AHA) se forment de la même façon que les trihalométhanes. Il s’agit d’un groupe de composés organiques basés sur la molécule d’acide acétique (CH3COOH). Les principaux AHA contenus dans l’eau potable sont :
    • l’acide monochloroacétique (MCA),
    • l’acide dichloroacétique (DCA),
    • l’acide trichloroacétique (TCA).

Quels sont les problèmes causés par les sous-produits de la désinfection ?

Les sous-produits de la désinfection – les trihalométhanes et les acides haloacétiques principalement – sont des agents cancérigènes ; on leur associe ainsi des effets extrêmement néfastes sur l’organisme.

  • Intoxication chronique

Ces effets sont produits suite à une exposition prolongée à de fortes doses de THM par exemple.

  • Effets cancérigènes

Les sous-produits de désinfection sont associés à plusieurs types de cancers. Les principales tumeurs observées sont le cancer du foie, du rein, ou encore du côlon. On associe aussi aux sous-produits de désinfection des effets mutagènes.

Ces effets découlent d’une exposition à long terme aux produits chimiques présents dans les eaux domestiques, eaux usées ou plans d’eau. Les voies d’absorption des sous-produits de désinfection contenus dans l’eau sont diverses. L’ingestion constitue une voie importante. Des utilisations spécifiques de l’eau peuvent aussi contribuer à l’absorption des sous-produits contenus par inhalation et par contact cutané, car certains sont très volatils et se vaporisent facilement dans l’air.

Le traitement UV – Une alternative sans ajout de produits chimiques

Comme le traitement chimique, le traitement de l’eau par UV permet d’en éliminer les micro-organismes pathogènes (bactéries, virus, etc.). Cette technique permet d’éviter l’ajout de produits chimiques potentiellement nocifs, susceptibles de causer des effets sur la santé humaine ou sur l’environnement. La méthode de désinfection par UV apparaît alors comme une solution fiable et rentable. Elle a aussi pour intérêt de n’altérer ni le goût, ni l’odeur de l’eau.

Cette solution utilise le rayonnement ultraviolet transmis sous la forme d’ondes se déplaçant dans toutes les directions à partir de la source émettrice (lampe UV). La désinfection UV est donc un processus physique particulièrement efficace aux longueurs d’onde pour lesquelles l’intensité énergétique est optimale. Même les microbes très résistants au chlore tels que Giardia et Cryptosporidium peuvent être efficacement désinfectés par UV. Les systèmes UV certifiés ÖNORM ou NSF deviennent une alternative de plus en plus populaire au traitement chimique pour de nombreuses applications.

L’histoire des ultraviolets

Les UV ont connu une longue histoire dans le traitement de l’eau, et sont ainsi devenus une alternative efficace de désinfection non chimique de l’eau.

Reconnue depuis longtemps comme un traitement germicide efficace, la lumière UV a en effet été installée dans de nombreuses grandes usines publiques d’eau potable et de traitement des eaux usées dans le monde entier. En 1903, Niels Fensen reçut le prix Nobel pour son utilisation de la lumière ultraviolette pour combattre la tuberculose. En 1910, le premier système de désinfection de l’eau potable fût installé à Marseille, en France. Depuis 1960, la désinfection UVC fût de plus en plus utilisée à mesure que les applications commerciales étaient trouvées.

preloader